Editions Garamond

Poeta in partibus, Le Pont transparent de Jean-Claude Masson, Compte-rendu par Éveline Caduc

Nous avons le plaisir de publier le compte-rendu de notre amie Éveline Caduc à propos de "Poeta in partibus" (2017) et du "Pont transparent" de Jean-Claude Masson :

"Dans le premier ouvrage, le poète est en voyage :
A Pise devant la tour dont il dit en vers libres la logique interne si puissante :

Si la tour ne tombe,
C'est que le verbe est à l'aplomb
D'un présent perpétuel

Puis à Ravenne, et devant les mosaïques "in classe" aux tesselles d'or ensoleillé mais avec, en finale, la menace de la peste noire !
Et enfin à Pavie où est le tombeau de Saint-Augustin (le saint d'Hippone si proche de ma vielle natale !), le visionnaire de la Jérusalem céleste...
Pavie évoque aussi la mort de Boèce supplicié en 524, et Ravenne, celle de Dante, l'exilé, en 1321, avec en perspective l'agneau mystique du retable de Gand. Et le poète voyage dans ces trois poèmes à travers les moments symboliques de l'histoire de la chrétienté. Il voyage dans le temps et dans l'espace et ses poèmes nous emportent dans ce voyage.
Comme le fera Le Pont transparent qui s'ouvre sur un sonnet faussement classique, et où le lecteur découvre des alliances inattendues dans le surgissement d'expériences de mémoire involontaire, ou dans un hommage à tel ou tel.
Le Pont transparent nous fait passer d'une mythologie à l'autre, depuis l'Ancien testament et le monde antique de l'Égypte, de la Grèce et de Rome. Et il relie dans ses titres toutes ces mythologies avec, en ligne de fond, plus nordique, la matière de Bretagne et la légende de la Table ronde : Lancelot, Galahad.
Mais il y a aussi, avec Alger et Blida, l'Algérie qui nous est si proche pour "Moïra", l'hommage à Edmée Le Scoëzec Diez.
Et, au début comme à la fin, symbole véhiculé par la chrétienté, l'image du poisson "Ichthus".
Comme ce poisson fossile, Le Pont transparent relie tous les âges de la terre et les cinq continents.
Le recueil, si construit, nous fait jouer librement entre des images personnelles, d'autres images que nous pouvons retrouver ou nous approprier, et des souvenirs... Et revoici, à travers "Galahad", cette soirée au Procope où nous partagions le repas orchestré par notre ami commun Alain Baudot !"

Éveline Caduc est l'auteure d'un recueil de nouvelles intitulé "Un et un égale un" paru aux éditions du GREF à Toronto en 2004, et d'un ensemble de deux romans publié en 2016 à Alger sous le titre "Une lumière dans la nuit" par les éditions Dalimen.

Poeta-in-Partibus-Trois-Poemes-Precedes-dun-Argum_174


Dans "Le pont transparent" : un poème dédié au théâtre du Nord-Ouest et à ses comédiens (cf.page facebook du Théâtre)...

Sur la page facebook du Théâtre du Nord-ouest :

Théâtre du Nord-Ouest

"Point Actu"

Le saviez-vous ? 🤔

Les éditions Garamond ont publié, depuis peu, un ouvrage réalisé par Jean-Claude Masson "Le pont transparent" en 2018. L'un de ses poèmes parle du TNO.
Voici une courte biographie de cet auteur :
Jean-Claude Masson est un poète et essayiste belge, né le 22 décembre 1950. Il est aussi traducteur et préfacier de nombreux ouvrages de littérature espagnole, hispano-américaine et portugaise.

Petit clin d’œil à Yves Montand (comme nous le savons, il fait ses débuts parisiens avec Edith Piaf dans le club des cinq cabarets...) :🤗
En 1987, dans l’émission d’Anne Sinclair Questions à domicile, Yves Montand lit le poème de Jean-Claude Masson « Scherzo », qui sera repris dans l’album Plaisirs Inédits (Universal, 1997) puis dans le coffret Les cent plus belles chansons d'Yves Montand.

Voici le site des éditions :
👉 http://editionsgaramond.canalblog.com/…/2018/09/29/36744393…

Posté par Catalinalmendra à 23:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Dernière parution : Le Pont transparent, poèmes, de Jean-Claude Masson

Jean-Claude MASSON : Le Pont transparent, Garamond, 2018, 38 p., 15 €

Les poèmes du Pont transparent résultent d’expériences qui nous laissent comme interdits, devant un miroir qui efface les images. Certaines sont des faits précis : la mort d’un être familier, la maladie qui ne trouve pas ses mots, le retour improbable dans des lieux tout imprégnés de notre jeunesse, graminées d’une grise cour sans échos, le massacre d’autres lieux par des semeurs de néant, la grimace accrochée aux corridors de l’insomnie. Et certaines sont impalpables, parfois sous un ciel plus faste : le souvenir perdu qui frappe à la vitre, le don de l’anonyme à l’inconnu (ou de l’inconnue à l’anonyme), le geste qui scelle en silence une histoire ou une culture partagée, l’enfance qui nous envoie de loin un petit signe fugace... Comme le regard échangé tend soudain un fil invisible entre nous, il est des moments et des lieux qui jettent des ponts transparents d’une rive à l’autre : des arches de hasard. Entre tout ce qui ne nous attend pas pour être et disparaître – et le temps intime, que rien ne peut mesurer, et qui nous appartient.   J.-C. M.

Le Pont transparent

L'ouvrage peut être commandé à l'adresse suivante :

Editions Garamond,

91 rue La Fayette,

75009 PARIS,

Tél. : 01 45 96 05 64

Paiment par chèque au nom de Jean-Claude Masson

Posté par Catalinalmendra à 14:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

"Livre d'heures du bois d'automne", 1ère partie (Lecture-enregistrement de février 2014)

Livre d'heures du bois d'automne 1ère partie

Jean-Claude Masson,

Livre d’heures du bois d’automne,

Paris, Garamond, 2011

(2e éd. 2014).

 

Les cent cinquante poèmes qui composent le Livre d’heures du bois d’automne sont d’abord une libre variation sur l’ensemble des Psaumes. Le temps de l’engrangement nous invite à relire les chants que la Bible attribue à David : qu’est-il advenu des promesses de l’été ? Qu’avons-nous fait du legs de l’Histoire, du signe de l’étoile et du désir des Anciens ?

En même temps qu’une méditation sur la Chronique individuelle et collective, ou sur les avatars de la Passion, Jean-Claude Masson nous propose une actualisation des heures au sens des prières qui égrenaient ou ponctuaient les phases de la vie monastique. Ces oraisons, bientôt, ont donné matière à des ouvrages personnalisés, où la scansion alternait avec la mélopée, le récitatif avec l’invocation ou la psalmodie. Depuis le Moyen Age et la Renaissance, de nombreux poètes ont adopté -- et adapté – le principe du « bréviaire » ou du « livre d’heures » pour nourrir leur propre inspiration. Les poèmes de Jean-Claude Masson se fondent également sur cette longue et multiple sédimentation. Ils tendent à renouer le fil : demain est un songe d’hier que tisse l’invisible aujourd’hui. N’est-ce pas le sens même (l’orientation) de la tradition littéraire et spirituelle ?

En février 2014, les textes du Livre d’heures du bois d’automne ont été lus par l’auteur et le comédien Olivier Da Silva en l’église Saint-Pierre de La Neuve Grange, dans le Vexin normand, et enregistrés par Jean-Louis Giudice. Ainsi est né le Disque d’heures du bois d’automne, finalisé par Annick Le Scoëzec, avec un accompagnement musical de Frédéric Ligier.

         Outre ses précieux collaborateurs, Jean-Claude Masson remercie vivement le photographe Laurent Schneider, qui a été la cheville ouvrière de cet enregistrement, ainsi que les habitants de La Neuve Grange (Eure) pour leur aimable concours.

"La monja gitana", LORCA LA MORT A VIF, reprise au Théâtre du Nord-Ouest le 10 juin 2018,

"La Monja Gitana", extrait de LORCA LA MORT A VIF, Théâtre du Nord-Ouest, le 10 juin 2018


LORCA, LA MORT A VIF, Photos du spectacle du 18 mars au Théâtre du Nord-Ouest, Printemps des Poètes 2018

H IMG_9445

De gauche à droite  Alban Gaignard (guitare flamenca), Caroline Duchenne (chant et voix), Yannick Barne (voix) et Annick Le Scoëzec (voix)

D

Alban Gaignard, Caroline Duchenne, Yannick Barne, Annick Le Scoëzec

B MG_9438 - copie

Alabn Gaignard, Yannick Barne, Caroline Duchenne

IMG_9439

Caroline Duchenne

IMG_9452

Alabn Gaignard

E

Annick Le Scoëzec

A 100_0778 - copie

Yannick Barne et Annick Le Scoëzec

Les photos ont été prises par Christine Nicelli et Benjamin Lipfeld.