Livre d'heures du bois d'automne 1ère partie

Jean-Claude Masson,

Livre d’heures du bois d’automne,

Paris, Garamond, 2011

(2e éd. 2014).

 

Les cent cinquante poèmes qui composent le Livre d’heures du bois d’automne sont d’abord une libre variation sur l’ensemble des Psaumes. Le temps de l’engrangement nous invite à relire les chants que la Bible attribue à David : qu’est-il advenu des promesses de l’été ? Qu’avons-nous fait du legs de l’Histoire, du signe de l’étoile et du désir des Anciens ?

En même temps qu’une méditation sur la Chronique individuelle et collective, ou sur les avatars de la Passion, Jean-Claude Masson nous propose une actualisation des heures au sens des prières qui égrenaient ou ponctuaient les phases de la vie monastique. Ces oraisons, bientôt, ont donné matière à des ouvrages personnalisés, où la scansion alternait avec la mélopée, le récitatif avec l’invocation ou la psalmodie. Depuis le Moyen Age et la Renaissance, de nombreux poètes ont adopté -- et adapté – le principe du « bréviaire » ou du « livre d’heures » pour nourrir leur propre inspiration. Les poèmes de Jean-Claude Masson se fondent également sur cette longue et multiple sédimentation. Ils tendent à renouer le fil : demain est un songe d’hier que tisse l’invisible aujourd’hui. N’est-ce pas le sens même (l’orientation) de la tradition littéraire et spirituelle ?

En février 2014, les textes du Livre d’heures du bois d’automne ont été lus par l’auteur et le comédien Olivier Da Silva en l’église Saint-Pierre de La Neuve Grange, dans le Vexin normand, et enregistrés par Jean-Louis Giudice. Ainsi est né le Disque d’heures du bois d’automne, finalisé par Annick Le Scoëzec, avec un accompagnement musical de Frédéric Ligier.

         Outre ses précieux collaborateurs, Jean-Claude Masson remercie vivement le photographe Laurent Schneider, qui a été la cheville ouvrière de cet enregistrement, ainsi que les habitants de La Neuve Grange (Eure) pour leur aimable concours.